AVE IMPERATOR, MORITURI TE SALUTANT
AVE IMPERATOR, MORITURI TE SALUTANT 1

«Avē Imperātor, moritūrī tē salūtant» («Je vous salue, empereur, ceux qui sont sur le point de mourir vous saluent») est une phrase latine bien connue citée dans Suetonius, De Vita Caesarum («La vie des Césars» ou «La Douze Césars »). Il aurait été utilisé lors d’un événement en 52 après JC sur le lac Fucinus par des naumachiarii – captifs et criminels destinés à mourir au combat lors de simulations de rencontres navales – en présence de l’empereur Claudius. Suetonius rapporte que Claudius a répondu «Aut nōn» («ou pas»).

Les composants de l’échange incluent «Have» comme premier mot au lieu de «Avē» grammaticalement correct, ainsi que les mots alternatifs «Avē Caesar» et «Moritūrī tē salūtāmus» – ce dernier à la première personne («Nous qui sommes sur le point de mourir vous salue ») – et une réponse dans les textes du XVe siècle de« Avete vos ».

Malgré sa popularisation à une époque ultérieure, l’expression n’est pas enregistrée ailleurs dans l’histoire romaine. Les historiens se demandent s’il n’a jamais été utilisé comme salut habituel. Il s’agissait plus probablement d’un appel isolé de captifs désespérés et de criminels condamnés à mort, et noté par les historiens romains en partie pour le sursis de masse inhabituel accordé par Claudius aux survivants.

MATÉRIEL SOURCE HISTORIQUE

Le matériel source provient des travaux de trois historiens romains, tous nés après les événements de 52 après JC. Suetonius (vers 69-75 après 130, probablement vers 121 après JC) et Cassius Dio (entre 155-164 et après 229, probablement entre 200 et 22) ont tous deux écrit sur l’événement et cité la phrase. Tacite (c. 56-117, écrit de 98 à 117 environ) mentionne l’événement mais ne cite pas la phrase.

Le premier enregistrement connu de la phrase se trouve dans les écrits de Suetonius (ici avec des apex pour la lisibilité):

…quín [Claudius] et émissúrus Fúcinum lacum naumachiam ante commísit. Sed cum próclámantibus naumachiáriís: “Have imperátor, moritúrí té salútant!” respondisset: “Aut nón,” neque post hanc vócem quasi veniá datá quisquam dímicáre vellet, diú cúnctátus an omnés igní ferróque absúmeret, tandem é séde suá prósiluit ac per ambitum lacús nón sine foedá vacillátióne discurréns partim minandó partim adhortandó ad pugnam compulit. Hóc spectáculó classis Sicula et Rhodia concurrérunt, duodénárum trirémium singulae…

Même quand il [Claudius] était sur le point de laisser couler l’eau du lac Fucinus, il a d’abord fait une simulation de combat maritime. Mais quand les combattants ont crié: «Salut, empereur, ceux qui sont sur le point de mourir te saluent», a-t-il répondu, «Ou pas», et après cela, tous ont refusé de se battre, affirmant qu’ils avaient été graciés. Sur ce, il hésita quelque temps à les détruire tous avec le feu et l’épée, mais sautant enfin de son trône et courant le long du bord du lac avec sa démarche chancelante ridicule, il les incita à se battre, en partie par des menaces et en partie par des promesses . A cette représentation, une flotte sicilienne et rhodienne se sont engagées, chacune comptant douze trirèmes…

Le même incident est décrit dans les écrits de Cassius Dio, un consul romain et historien qui a écrit en grec. Dans le livre 60 de son histoire romaine, il déclare:

Claudius a conçu le désir d’exposer une bataille navale sur un certain lac; ainsi, après avoir construit un mur en bois autour de lui et érigé des stands, il a assemblé une énorme multitude. Claudius et Nero étaient vêtus de vêtements militaires, tandis qu’Agrippina portait de belles chlamys tissées avec des fils d’or, et le reste des spectateurs, quelle que soit leur fantaisie. Ceux qui devaient participer à la lutte contre la mer étaient des criminels condamnés, et chaque camp avait cinquante navires, une partie étant appelée «Rhodiens» et l’autre «Siciliens». D’abord, ils se sont réunis en un seul corps et tous ensemble ont adressé Claudius de cette façon: «Salut, empereur! Nous qui sommes sur le point de mourir te saluons [χαῖρε, αὐτοκράτορ · οἱ ἀπολούμενοί σε ἀσπαζόμεθα] ». Et lorsque cela n’a en aucun cas servi à les sauver et ils ont reçu l’ordre de se battre tout de même, ils ont simplement traversé les lignes de leurs adversaires, se blessant le moins possible. Cela a continué jusqu’à ce qu’ils soient contraints de se détruire mutuellement.

VARIATIONS DE SOURCE ET INTERPRÉTATION

La personne du verbe principal diffère dans les deux sources. Suetonius le cite avec un verbe pluriel à la troisième personne (salūtant, signifiant «ils / ceux saluent / saluent»), et Cassius le cite avec un verbe pluriel à la première personne (ἀσπαζόμεθα, signifiant «nous saluons / saluons»). En dehors de cela, les expressions latine et grecque ont la même signification.

La réponse de Claudius est indiquée dans plusieurs sources comme «Avēte vōs!» (« Allez-vous bien! »), Suggérant un acte de faveur. Les premières éditions de De Vita Caesarum publiées à Rome en 1470 et à Venise en 1471 utilisaient «Avēte vōs», mais cette version était toujours acceptée au XIXe siècle, comme on peut le voir dans l’édition Baumgarten-Crusius de 1816. Karl Ludwig Roth revint aux manuscrits de meilleure qualité pour son édition de 1857 – principalement le Codex Memmianus du neuvième siècle, la plus ancienne version connue de l’œuvre de Suetonius – et corrigé la réponse rapportée de Claudius à «Aut nōn». John C. Rolfe prend note des deux réponses, les décrivant comme «l’une des faibles blagues de Claudius, que les combattants prétendaient comprendre comme signifiant qu’ils n’avaient pas à risquer leur vie au combat». Donald Kyle le décrit comme une tentative possible d’esprit. Joseph Pike déclare dans ses notes sur le texte de Roth:

La lecture «Avēte vōs» provient des manuscrits et éditions du XVe siècle. Dans ce cas, l’empereur retourne simplement la salutation. Le sens littéral est cependant «être bien», «être en sécurité» ou «être sain», et les gladiateurs l’ont compris comme les rejetant.

Basil Kennett, écrivant en 1820, décrit la réponse «Avete vos» comme une plaisanterie cruelle: «[L] ors qu’ils l’auraient volontiers interprétée comme un acte de faveur et un don de leur vie, il leur a vite fait comprendre que elle procède du principe contraire de la cruauté barbare et de l’insensibilité. »

CONTEXTE CULTUREL

Claudius, le quatrième empereur romain de la dynastie julio-claudienne, a gouverné l’Empire romain après la mort de Caligula en 41 après JC jusqu’à sa mort en 54 après JC. Selon Suetonius, Claudius aimait extraordinairement les jeux. Il se serait levé avec la foule après les matchs de gladiateurs et aurait fait l’éloge sans retenue des combattants, et il a été critiqué pour ne pas avoir quitté l’arène pendant les exécutions, comme c’était la coutume parmi les classes nobles.

Claudius a également présidé de nombreux événements nouveaux et originaux. Peu de temps après son arrivée au pouvoir, Claudius a institué des jeux en l’honneur de son père, Nero Claudius Drusus, le jour de l’anniversaire de ce dernier. Des jeux annuels ont également eu lieu en l’honneur de son accession, et ont eu lieu au camp prétorien où Claudius avait d’abord été proclamé empereur.

Claudius a célébré les jeux séculiers – une fête religieuse qui avait été relancée par Auguste – pour marquer le 800e anniversaire de la fondation de Rome. Il a également participé à au moins une occasion à une chasse aux animaux sauvages selon Pline l’Ancien, partant avec les cohortes prétoriennes pour combattre un orque qui était piégé dans le port d’Ostie.

Les divertissements publics variaient entre des combats entre deux gladiateurs seulement et des événements de grande ampleur avec potentiellement des milliers de morts. La naumachia (également appelée navalia proelia par les Romains) était l’un de ces derniers, un événement combatif spectaculaire à grande échelle et sanglant qui se déroulait sur de nombreux navires et se déroulait dans de grands lacs ou des arènes inondées. Les prisonniers de guerre et les criminels condamnés à mort ont été chargés de mener à mort des batailles navales pour le divertissement du public. Les personnes sélectionnées étaient connues sous le nom de naumachiarii.

Contrairement aux combats de gladiateurs, les naumachiae étaient rarement détenus – ils n’étaient généralement appelés que pour célébrer des événements notables. Julius Caesar a organisé un événement avec 6000 naumachiarii dans la petite Codeta, une zone marécageuse du Tibre, pour célébrer sa quatrième victoire à l’honneur du triomphe. Cassius Dio écrit de deux naumachiae que Titus a tenu pendant les jeux inauguraux de l’amphithéâtre Flavien, y compris un événement de 3000 hommes décrochant une bataille entre les Athéniens et les Syracusains; et Domitian a tenu une naumachia dans laquelle Dio rapporte «pratiquement tous les combattants et beaucoup des spectateurs ont également péri ».

Le naumachia appelé par Claudius a célébré l’achèvement d’un projet de drainage et de remise en état des terres agricoles au plus grand lac intérieur d’Italie, le lac Fucino, un lac de cratère de 11 miles (19 km) de long dans la chaîne de montagnes des Apennins situés à environ 80 km ) De Rome. Le projet, qui a duré onze ans et employé 30 000 hommes [27], comprenait le nivellement d’un sommet de colline et la construction d’un tunnel de 4,8 km entre le lac et la rivière Liri (Lat. Liris). Le tunnel a été décrit comme «le plus grand tunnel romain» (Encyclopedia Americana), bien qu’il n’ait initialement connu qu’un succès partiel, et était le plus long de ce tunnel jusqu’à la construction de celui du mont Cenis en 1876. Selon les Annales de Tacite:

DESCRIPTION DE L’ÉVÉNEMENT PAR TACITE

Selon Tacite (écrivant environ 50 ans après l’événement):

Claudius a équipé des trirèmes, quadrirèmes et dix-neuf mille combattants: les listes qu’il a entourées de radeaux, de manière à ne laisser aucun point de fuite non autorisé, mais réservé suffisamment d’espace au centre pour montrer la vigueur de l’aviron, les arts des timoniers, les impulsion des galères, et les incidents habituels d’un engagement. Sur les radeaux étaient stationnés des compagnies et des escadrons des cohortes prétoriennes, couverts par un parapet à partir duquel opérer leurs catapultes et balistes: le reste du lac était occupé par des marines avec des navires pontés. Les rives, les collines, les crêtes montagneuses formaient une sorte de théâtre, bientôt comblé par une multitude incalculable, attirée des villes voisines, et en partie de la capitale elle-même, par curiosité ou par respect pour le souverain. Lui et Agrippine ont présidé, l’un dans un magnifique manteau militaire, l’autre – pas très éloigné – dans un manteau grec de tissu d’or. La bataille, bien que l’un des criminels [étaientes], a été contestée avec l’esprit et le courage des hommes libres; et, après que beaucoup de sang eut coulé, les combattants furent exemptés de destruction [occidioni].

UTILISATION EN TEMPS ROMAIN

HJ Leon de l’Université du Texas a considéré cette salutation dans les transactions de l’American Philological Association en 1939. Il a observé que le salut était devenu largement représenté et embelli dans «de nombreux ouvrages traitant des antiquités romaines, de sorte qu’il est devenu l’un des meilleurs connu et le plus souvent cité des coutumes romaines ». Il a été reconnu dans les écrits laïcs et universitaires comme un salut habituel des gladiateurs à l’empereur. Et pourtant «il n’y a pas d’autre référence ancienne à un salut des gladiateurs, et dans ce cas, il n’a pas été prononcé par des gladiateurs du tout, mais par des naumachiarii». Un exemple frappant de cette croyance omniprésente, même dans le monde universitaire, peut être trouvé dans le livre de l’historien Jérôme Carcopino de 1940, La vie Quotidienne à Rome à l’Apogée de l’Empire ). Dans ce livre, l’auteur, membre de l’Académie française, professeur au Havre et à la Sorbonne, et directeur de l’Académie de France à Rome, cite la phrase et écrit de façon vivante et poétique les «salutations mélancoliques» des gladiateurs alors qu’ils défilé devant l’empereur avant d’entrer dans le Colisée.

Après avoir examiné les sources d’informations relatives à la naumachia AD 52, Leon observe que les combattants n’étaient pas des gladiateurs mais des criminels condamnés à mort. Leur destin prévu était occidioni (massacre ou massacre). Le lac avait été entouré de «radeaux» pour éviter une évasion massive et était entouré par «les soldats de la garde prétorienne, à la fois de l’infanterie et de la cavalerie, qui étaient protégés par des remparts et équipés de catapultes et de balistes, et encore renforcés par des navires portant marines prêts à l’action ». Il conclut qu’il ne s’agissait pas d’un hommage formel, mais, selon toute vraisemblance, d’un incident isolé d’un appel massif à la sympathie ou à la miséricorde de condamnés désespérés condamnés à mort à une occasion précise et que:

[c] en combinant les trois récits, nous pouvons raisonnablement supposer que, condamnés comme s’ils devaient mourir, ces condamnés ont invoqué Claudius avec leur «Morituri te salutant», qui n’était pas un salut régulier et formel, mais un appel utilisé seulement à cette occasion dans l’espoir de gagner la sympathie de l’empereur. Quand il a répondu «Aut non», ils ont pris ses mots comme signifiant «aut non morituri» [ou ne pas mourir] et indiquant le pardon – Suetonius dit «des données quasi venia» – et ont refusé de se battre, mais ont finalement cédé aux supplications des Empereur ou pour forcer, et a combattu courageusement jusqu’à ce que les survivants soient dispensés de nouveaux massacres.

Ma conclusion est, par conséquent, qu’il n’y a aucune preuve du salut tant cité des gladiateurs. Les deux seules références antiques, celles de Suetonius et de Dio, ne se réfèrent pas aux gladiateurs mais aux naumachiarii, hommes condamnés à mort, et même ces références sont à un épisode spécifique, dont les circonstances indiquent que le salut supposé n’était même pas un habitué salut des naumachiarii.

Alan Baker est généralement d’accord, déclarant: «Il n’y a aucune preuve que c’était une pratique courante chez les gladiateurs. À notre connaissance, la seule fois où cette expression a été utilisée a été lors d’un événement organisé par Claudius. » Plass note qu ‘«il est difficile de voir pourquoi ou comment l’expression a été utilisée à cette occasion si ce n’était pas une formule régulière. D’un autre côté, si c’était quelque chose que Claudius pouvait espérer entendre, il servirait plus naturellement dans son rôle de ligne d’alimentation pour son représentant dépeignant son invincible gaucherie. » Il commente l’effet de distanciation de la source latine et de la première personne de la source grecque et note que l’interprétation et la réponse des combattants « semblent être une manœuvre dans le cadre des règles régissant la clémence dans l’arène ».

Kyle est d’accord qu’aucune autre source n’enregistre le « salut du gladiateur supposé » dans un autre contexte « et il n’est pas venu ici de vrais gladiateurs ». Traités comme une marchandise, ils n’étaient pas des gladiateurs d’élite mais des captifs et des criminels voués à la mort, qui combattaient généralement jusqu’à ce que tous soient tués. Quand le salut ou l’appel a échoué, et ils ont été forcés de s’entretuer sérieusement,

[a] ant avec une certaine initiative et inventant un salut pseudo-gladiateur, puis se battant bien, ces hommes, malgré leur statut criminel et non professionnel et leur extermination prévue, se sont transformés de manière atypique en gladiateurs appropriés pendant une journée. D’où certains ont survécu.

Il conclut que «[l] es sources font des remarques sur l’incident, en partie parce qu’il s’agissait d’une anomalie dans la pratique de l’arène – un sursis de masse d’Androclean».

UTILISATION DANS LES TEMPS MODERNES

L’histoire était bien connue au 20e siècle, et apparaît en effet dans la pièce de 1912 de George Bernard Shaw Androclès et le Lion juste avant que les chrétiens affrontent les lions en tant que «Salut, César! ceux sur le point de mourir te saluent », l’Empereur répondant« Bonjour, mes amis ». En plus de prendre racine dans les conceptions modernes des coutumes romaines, l’expression est passée dans la culture contemporaine, y compris l’utilisation par des pilotes de l’armée de l’air tels que John Lerew (sa biographie est intitulée «Nous qui sommes sur le point de mourir»), un film de la Seconde Guerre mondiale intitulé Morituri, un épisode de M * A * S * H ​​intitulé «Peace on Us», la bande dessinée française Astérix de René Goscinny et Albert Uderzo, une bande dessinée Marvel des années 80 intitulée Strikeforce: Morituri qui se concentrait sur les super-héros qui allaient inévitablement à mourir, l’épisode Adventure Time « Morituri Te Salutamus », « un ensemble de pièces d’un acte des années 1890 par Hermann Sudermann, le roman canonique de 1902 de Joseph Conrad Heart of Darkness, le roman de James Joyce Ulysses, parlé par le principal antagoniste, M. Brown, peu de temps avant sa mort dans le roman d’Agatha Christie The Secret Adversary de 1922, ainsi que mentionné dans l’épilogue du livre de Christie A Caribbean Mystery (1964), dans la musique populaire des années 1980, ainsi que dans musi c dans les jeux vidéo, dans le titre papier de la recherche médicale évaluée par des pairs, dans un discours politique inaugural, des commentaires sur le marché pendant la crise financière mondiale de 2008 et dans l’art moderne, la fiction, la non-fiction et la poésie liées à la période romaine. Le film de science-fiction / comédie de 1985 My Science Project a rencontré deux de ses principaux protagonistes – Vince et Sherman – rencontrant une sentinelle des gladiateurs. Ils ont été accueillis par la phrase habituelle; qui, avant de le maîtriser, a traduit par le riche Sherman comme simplement, « Il va nous botter le cul! » Le personnage Old Bugs de la nouvelle de H. P. Lovecraft « Old Bugs » dit une légère modification à cette citation, « Ave, Caesar, moriturus te saluto! » avant de s’effondrer sur le sol du speakeasy Sheehan dans lequel il travaille.

Le poète finlandais Katri Vala a écrit un poème intitulé «Morituri Te Salutant» dans le cadre de sa collection «Paluu: runoja» en 1934.

Dans l’épisode du Dr Who «Fires of Pompeii», le dixième docteur prononce la phrase quand Lucius essaie de le faire arrêter.

Il est également utilisé par le principal protagoniste du livre contemporain «Eleanor Oliphant is Completely Fine», de l’auteur Gail Honeyman.

Le musicien et poète tchèque Karel Kryl a nommé l’une de ses chansons les plus célèbres « Morituri te salutant » de 1969. Cette phrase fait également partie des paroles. AC / DC a nommé un album après la phrase, Pour ceux qui sont sur le point de basculer, nous vous saluons.

RÉFÉRENCES

  • ^ Suetonius, De Vita Caesarum: Divus Claudius, 21.6
  •  The Latin text, with no length marks, together with the English translation is stated to be a reproduction of the 1914 Latin published text from the Loeb Classical Library of Harvard University. Vowel length marks added here to the Latin text follow those found in the 2016 edition of Dictionnaire Illustré Latin-Français, and in the Woordenboek Latijn/Nederlands (7th revised edition, 2018), and in general the grammar and meaning of the text, except for the vocalization of “have”, which is according to Quintilian.
  • ^ Stone, Jon R (2005). The Routledge Dictionary of Latin Quotations: The Illiterati’s Guide to Latin Maxims, Mottoes, Proverbs and Sayings. Routledge. p. 232. ISBN 978-0-415-96909-3.
  •  Greek text cited with French translation at [1]: Dion Cassius, Histoire Romaine LX(33) (Translated by E. Gros)
  •  Joseph Brown Pike, ed. (1903). Gai Suetoni Tranquilli de vita Caesarum, libri III-VI: Tiberius, Caligula, Claudius, Nero. Allyn and Bacon. p. 259. avete vos.
  • ^ Michael Grant (1979) “Introduction” to the Penguin Classics edition of The Twelve Caesars
  • ^ Earnest Cary (1958). “Introduction to the Loeb Classics edition of Dio’s Roman History“.
  • ^ “Introduction to the Loeb Classics edition of Tacitus’ The Histories“. 1925–37.
  • ^ The English translation is stated to be a reproduction of the 1925 published text from the Loeb Classical Library of Harvard University.
  • ^ Suetonius (1826). C. Suetonii Tranquilli. Valpy. p. 671.
  • ^ The Codex Memmianus was first recorded in the thirteenth century, but disappeared until the sixteenth century; it received little attention until it was acquired by the Royal Library of Paris in 1706. The second oldest manuscript Gudianus 268 was unknown to Roth.
  • ^ Rolfe, John (translating Suetonius). Suetonius, Volume 2. pp. 44 (footnotes).
  •  Kyle, Donald (1998). Spectacles of death in ancient Rome. Routledge. p. 94. ISBN 978-0-203-14198-4.
  • ^ Kennett, Basil (1820). Romæ antiquæ notitia: or, The antiquities of Rome. (In two parts). Stirling and Slade. p. 264.
  • ^ Kyle (2001) also cites Suetonius Claudius 34.2 and Dio 60.13.4 on this point.
  • ^ Suetonius Claudius 12
  • ^ Suetonius Claudius 11
  • ^ Suetonius Claudius 21
  • ^ Translation of Pliny’s Historia Naturalis IX.14–15.
  •  Moore, Frank Gardner (1936). The Roman’s world. Biblo & Tannen Publishers. p. 153. ISBN 978-0-8196-0155-1.
  •  Leon, H J (1939). “Morituri Te Salutamus”. Transactions of the American Philological Association70: 45–50. Retrieved 2012-10-11. JStor link
  • ^ Suetonius (2000). Catharine Edwards (ed.). Lives of the Caesars. Oxford University Press, 2000. pp. 302 note 20. ISBN 978-0-19-283271-9.
  • ^ Suetonius, The Lives of the Caesars, Julius Caesar, 39.
  • ^ Cassius Dio 66.25
  • ^ Cassius Dio 67/8.
  • ^ unknown (1927). The earth upsets: (another terrestrial motion). Waverley. p. 101.
  • ^ Suetonius Claudius 20
  •  Tacitus, Annals 12.56 (trans J. Jackson), Loeb Classical Library
  • ^ Encyclopedia Americana, Volume 27. Scholastic Library Publishing. 2005. p. 224. ISBN 978-0-7172-0138-9.
  • ^ Bunch; Hellemans (2004). The history of science and technology: a browser’s guide to the great discoveries, inventions, and the people who made them, from the dawn of time to today. Houghton Mifflin Harcourt. p. 81 (“52–53 CE”). ISBN 978-0-618-22123-3claudius narcissus fucino.
  • ^ Marsh, George Perkins (1965). Man and nature. Harvard University Press. p. 301. ISBN 978-0-674-54452-9.
  • ^ Kirby, Richard Shelton (1956). Engineering in history. Originally pub. McGraw-Hill. pp. 76–77. ISBN 978-0-486-26412-7., republished 1990 by Courier Dover Publications.
  • ^ Jérôme Carcopino (1940). La vie Quotidienne à Rome à l’Apogée de l’Empire. (English:Daily Life in Ancient Rome: The People and the City at the Height of the Empire. Ed. Henry T. Rowell. Trans. Emily Overend Lorimer. Yale University Press. pp. 239–240. ISBN 978-0-300-00031-3. – reprinted by Read Books, 2008, ISBN 978-1-4437-2982-6.
  • ^ Baker, Alan (2002). The gladiator: the secret history of Rome’s warrior slaves. Da Capo Press. p. 84. ISBN 978-0-306-81185-2.
  •  Plass, Paul (1998). The game of death in ancient Rome: arena sport and political suicide. Univ of Wisconsin Press. p. 201. ISBN 978-0-299-14574-3.
  • ^ Gamble, Bruce (2006). Darkest Hour: The True Story of Lark Force at Rabaul. St. Paul, Minnesota: Zenith Imprint. pp. 74–75. ISBN 978-0-7603-2349-6.
  • ^ AWM Collection Record: EXDOC168 Archived 2012-06-14 at the Wayback Machineat Australian War Memorial. Retrieved on 22 May 2009.
  • ^ McAulay, Lex (2007). We Who Are About to Die: The Story of John Lerew, a Hero of Rabaul, 1942. Maryborough, Qld: Banner Books. ISBN 978-1-875593-30-9.
  • ^ Film information at imdb
  • ^ Charles Marlow: “Ave! Old knitter of black wool. Morituri te salutant. Not many of those she looked ever saw her again – not half, by a long way.”
  • ^ Ulysses (1922), p. 458.
  • ^ AC/DC’s album For Those About to Rock We Salute You and its title song.
  • ^ StarCraft: Brood War song entitled Brood War Aria, reprised in Starcraft II
  • ^ Elsaesser; Paysan (2005). “Morituri te salutant? Olfactory signal transduction and the role of phosphoinositides”. Journal of Neurocytology34.
  • ^ The 1871 maiden speech of Wilfrid Laurier, a Canadian politician, which ended by using the phrase to suggest a parallel between Canadian emigrants and the victims in the Roman arena.
  • ^ Art Cashin, director of floor operations for UBS Financial Services and a stock market commentator for CNBC’s interview on 24 Oct 2008
  • ^ For example the 1859 painting by Jean-Léon Gérôme titled Ave Caesar, morituri te salutant.
  • ^ Schulze, Jurgen (2003). Morituri Te Salutant: Those Who Are About to Die, Greet You. ISBN 978-0-595-26784-2.
  • ^ For example, a poem titled “Morituri Salutamus” by Henry Wadsworth Longfellow

Traducteur
Comments
All comments.
Comments

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer