France Islam: les musulmans sous pression pour signer la charte des valeurs françaises
115074022 mediaitem115074021

Le Conseil musulman de France doit rencontrer le président Emmanuel Macron cette semaine, pour confirmer le texte d’une nouvelle « charte des valeurs républicaines » que les imams du pays doivent signer.

Le Conseil (CFCM), qui représente neuf associations musulmanes distinctes, aurait été invité à inclure dans le texte la reconnaissance des valeurs républicaines de la France, le rejet de l’islam en tant que mouvement politique et l’interdiction de l’influence étrangère.

« Nous ne sommes pas tous d’accord sur ce qu’est cette charte de valeurs, et ce qu’elle contiendra », a déclaré Chems-Eddine Hafiz, vice-président du CFCM et recteur de la Grande Mosquée de Paris. Mais, a-t-il dit, « nous sommes à un tournant historique pour l’islam en France [et] nous, musulmans, sommes confrontés à nos responsabilités ».

Il y a huit ans, dit-il, il pensait très différemment.

L’islamiste Mohamed Merah venait de mener des attentats à Toulouse.

«[L’ancien président français] Sarkozy m’a fait sortir du lit à 5 heures du matin pour en parler», se souvient-il. «Je lui ai dit: ‘Son nom est peut-être Mohamed, mais c’est un criminel!’ Je ne voulais pas faire le lien entre ce crime et ma religion. Aujourd’hui, je le fais. Les imams de France ont du travail à faire. « 

Il est prévu que le CFCM crée un registre des imams en France, dont chacun adhérerait à la Charte, en échange d’une accréditation.

Le président Macron a parlé en octobre d’avoir exercé une « pression immense » sur les autorités musulmanes. Mais c’est un territoire difficile dans un pays qui chérit la laïcité d’État.

M. Macron tente d’arrêter la propagation de l’islam politique, sans être perçu comme une ingérence dans la pratique religieuse, ni comme une religion particulière.

L’intégration de tous les groupes de musulmans dans la société française est devenue un enjeu politique pressant ces dernières années. La France compte environ cinq millions de musulmans – la plus grande minorité musulmane d’Europe.

Olivier Roy, expert de l’islam français, estime que la Charte pose deux problèmes. L’un est la discrimination parce qu’elle ne vise que les prédicateurs musulmans, et l’autre est le droit à la liberté de religion.

«Vous êtes obligé d’accepter les lois de l’État», m’a-t-il dit, «mais vous n’êtes pas obligé de célébrer ses valeurs. Vous ne pouvez pas discriminer les LGBT, par exemple, mais l’Église catholique n’est pas obligée d’accepter le mariage homosexuel. . « 

La créatrice de mode Iman Mestaoui est régulièrement maltraitée par ceux qu’elle appelle les «haters» – des islamistes purs et durs qui disent que sa marque de foulards et de turbans ne couvre pas toujours suffisamment les cheveux d’une femme.

Mais, dit-elle, l’idée d’amener les imams à adhérer aux «valeurs françaises» est un problème, alors que les musulmans sont déjà considérés par beaucoup comme n’étant pas entièrement français.

« Cela nous met dans un endroit étrange où il faut montrer aux gens que vous adhérez aux valeurs républicaines; où vous vous sentez français, mais ils ne vous sentent pas », a-t-elle expliqué.

«Nous avons le sentiment que rien de ce que nous faisons – payer des impôts, faire [le service national] – sera suffisant. Vous devez prouver que vous êtes vraiment français: vous devez manger du porc, boire du vin, ne pas porter le hijab, porter des minijupes. Et c’est ridicule. »

‘Bombes à retardement extrémistes’

Mais Hassen Chalghoumi, imam de la mosquée de Drancy à la périphérie de Paris, affirme qu’après des années d’attentats terroristes, le gouvernement a été contraint d’agir. M. Chalghoumi se cache maintenant, suite à une flambée de menaces de mort sur ses opinions réformistes.

«Nous devons faire un effort supplémentaire, pour montrer que nous sommes bien intégrés, que nous respectons la loi», m’a-t-il dit. « C’est le prix que nous devons payer à cause des extrémistes. »

À l’extérieur de la Grande Mosquée de Paris, Charki Dennai arrive pour les prières, sa natte enroulée et son Coran sous le bras.

«Ces jeunes [extrémistes] sont des bombes à retardement», dit-il. « Je pense que les imams sont un peu trop gentils avec eux. On peut respecter la loi française et aussi l’islam, c’est faisable. C’est ce que je fais. »

Mais il y a des questions sur l’influence des imams sur les jeunes musulmans, en particulier en ce qui concerne la violence extrémiste.

« Cela ne marchera pas », dit Olivier Roy, « pour une raison très simple: les terroristes ne viennent pas des mosquées salafistes. Si vous prenez les biographies des terroristes, aucune d’entre elles n’est le produit de la prédication salafiste. » Le salafisme est un mouvement extrémiste et ultra-conservateur identifié à l’islam politique.

S’attaquer aux jeunes aliénés

La charte fait partie d’une stratégie gouvernementale plus large visant à freiner l’influence étrangère, à prévenir la violence et les menaces des extrémistes et à reconquérir les jeunes qui se sentent oubliés par l’État.

M. Macron a proposé plus d’enseignement de l’arabe dans les écoles publiques et plus d’investissements dans les zones délabrées, et a souligné qu’il cible les islamistes qui rejettent les lois et les valeurs françaises, pas les musulmans dans leur ensemble.

Hakim El-Karoui est un spécialiste des mouvements islamistes français à l’Institut Montaigne qui contribue régulièrement à la réflexion gouvernementale.

« Je suis un vrai fan de la stratégie », m’a-t-il dit. « C’est complet. C’est culturel, mais aussi sur l’organisation et le financement. »

Mais, dit-il, les musulmans eux-mêmes devraient être inclus par le gouvernement dans des projets comme celui-ci, « parce qu’ils peuvent faire beaucoup pour diffuser la version éclairée de l’islam sur les réseaux sociaux – le gouvernement n’est pas en mesure de le faire ».

Et sans l’adhésion des «musulmans de la base», dit Olivier Roy, la nouvelle Charte sera difficile à appliquer.

« Supposons que la communauté musulmane locale décide d’ignorer le CFCM et nomme son propre imam », m’a-t-il dit. « Que fera le gouvernement? Soit nous changeons la constitution et abandonnons le concept de liberté de religion [soit] le gouvernement ne peut pas imposer d’imams certifiés aux communautés musulmanes locales. »

Dans un studio parisien, prenant des photos pour son nouveau catalogue, Iman Mestaoui me raconte qu’elle a fait voter toute sa famille pour le président Macron en 2017.

Depuis, elle a remarqué un «énorme glissement» vers la droite sur des questions comme l’immigration et la sécurité.

«J’étais pro-Macron», a-t-elle déclaré. «Il était un véritable espoir dans notre communauté, mais nous avons l’impression d’avoir été abandonnés.

Source: BBC

Traducteur
Comments
All comments.
Comments

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer