Le débat linguistique reprend vie au Québec
accompagnement jolin barrette 20190808

«L’utilisation du français connaît un déclin inquiétant», a déclaré Simon Jolin-Barrette, le ministre responsable de la langue, en annonçant son intention de déposer des réformes de la Charte de la langue française au début de 2021. PHOTO DE JACQUES BOISSINOT / LA PRESSE CANADIENNE des dossiers

QUÉBEC – Pour les nationalistes québécois, bricoler ne suffira pas cette fois-ci.

Pour les anglophones du Québec, presque tout changement est de trop et sera perçu comme une atteinte à leurs droits.

Même si les Québécois et le gouvernement ont été impliqués la majeure partie de l’année dans une lutte contre le virus mortel COVID-19 , la question de la langue est revenue à la vie après avoir dormi longtemps.

En fait, le gouvernement de la Coalition Avenir Québec pense que l’état du français, particulièrement à Montréal, a été trop longtemps négligé . Cette fois, il ne peut pas s’agir uniquement de «Bonjour-Hi ».

«L’usage du français connaît un déclin inquiétant», a déclaré le ministre chargé de la langue, Simon Jolin-Barrette, aux journalistes le 23 novembre en annonçant son intention de déposer des réformes de la Charte de la langue française au début de 2021.

L’annonce intervient une semaine après qu’une enquête du Journal de Montréal a ébouriffé des plumes à Québec. Le journal a rapporté que sur 31 magasins du centre-ville interrogés par ses journalistes infiltrés, 16 ont accueilli les clients en anglais uniquement.

Dans certains cas, il était impossible d’être servi en français même lorsque le client demandait des services en français.

«Je trouve totalement inacceptable qu’on ne puisse pas être servi (en français) dans les magasins», a déclaré le premier ministre François Legault, réagissant aux conclusions du journal. «Nous avons donc un problème, nous allons le résoudre.»

Mais Jolin-Barrette soutient que le problème est plus profond qu’une solution miracle et promet de nouvelles «mesures robustes», pour consolider les Français et améliorer la charte rédigée par Camille Laurin il y a 43 ans.

En octobre, devant un comité de la législature, Jolin-Barrette avait déjà parlé d’un «plan d’action» de mesures linguistiques. Mais s’adaptant à l’ambiance nourrie par les reportages des médias et par un débat linguistique inhabituel à la Chambre des communes (après que la députée Emmanuella Lambropoulos a remis en question le déclin du français au Québec), il est allé plus loin.

Juste avant la suspension de l’Assemblée nationale, il a proposé une motion de soutien à une «réforme majeure» de la charte. La motion a été appuyée par les quatre partis, y compris les libéraux qui tentent de ramener les électeurs nationalistes au bercail.

Ironiquement, la dernière fois que quelqu’un a tenté de modifier la charte, le Parti québécois en 2012 via le projet de loi 14, c’est l’opposition, y compris la CAQ, qui a bloqué les réformes.

Alors, que propose-t-il de faire? Jolin-Barrette a exposé sa vision à quelques reprises.

En haut de la liste, il y a de soumettre les entreprises de compétence fédérale – banques, entreprises de communication, VIA Rail – à la charte linguistique. Jusqu’à présent, ce point a le soutien des trois partis d’opposition.

Le déménagement nécessite le soutien du gouvernement fédéral . Jusqu’à présent, les trois partis d’opposition à la Chambre des communes sont d’accord. Mais le premier ministre Justin Trudeau a hésité à agir, décidant finalement le 15 décembre qu’il ne favorisait pas l’idée .

Ottawa a déclaré dans le discours du Trône qu’il veut reconnaître la réalité particulière du français en Amérique du Nord et envisage de déposer une loi modernisée sur les langues officielles en 2021.

Jolin-Barrette a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de légiférer sur la question épineuse du «Bonjour-Hi» utilisé dans les magasins, mais a déclaré qu’il agirait sur une nouvelle étude indiquant que 63 pour cent des entreprises à Montréal veulent que leurs employés puissent parler Anglais.

Le droit de travailler en français est protégé par la charte, a-t-il déclaré, soulignant qu’il souhaitait que Montréal reste une ville française et ne devienne pas un autre Houston ou Milwaukee.

Il appliquera des règles dormantes obligeant les ministères à communiquer avec des entreprises extérieures en français. Certains ont demandé au gouvernement d’étendre la réglementation des certificats de francisation aux entreprises de moins de 50 employés, mais l’idée n’est pas populaire au sein du caucus de la CAQ, qui craint des tonnes de paperasserie.

Jolin-Barrette, cependant, veut parfois aller plus loin que son parti et le premier ministre. Le 24 novembre, lorsqu’il a laissé la porte ouverte à l’extension du projet de loi 101 au système cégep et à empêcher les francophones de fréquenter un collège anglophone, Legault est intervenu et a dit que cela n’arriverait pas.

En annonçant sa décision de renforcer la charte, Jolin-Barrrette s’est donné beaucoup de mal pour rassurer les communautés anglophones et autochtones de leurs droits.

Les minorités, cependant, ont réagi avec scepticisme et ont déclaré qu’elles suivraient attentivement le processus. Le Québec pourrait également donner suite à l’idée de dynamiser les cours de français pour les anglophones qui souhaitent améliorer leurs compétences en langue seconde.

Source: montrealgazette.com

Traducteur
Comments
All comments.
Comments

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer