Mali: Macron menace le retrait des troupes françaises du pays
Mali: Macron menace le retrait des troupes françaises du pays 1

Le président français Emmanuel Macron a menacé de retirer les troupes françaises si le pays allait dans la «direction» de «l’islam radical». La CEDEAO tient aujourd’hui un sommet pour discuter de la situation politique au Mali.

Dans une interview au Journal du Dimanche (JDD), le président français affirme que « jamais dans la vie » la France n’aura de soldats au Mali s’il y a « un islamisme plus radical » dans le pays.

«Au président du Mali, Bah NDaw, qui était très strict sur l’accord entre le pouvoir et les ‘jihadistes’, j’ai dit: un islam plus radical au Mali avec nos soldats là-bas? Jamais dans la vie! Il y a cette tentation au Mali aujourd’hui, mais si vous marchez dans ce sens, nous nous retirerons », a déclaré Emmanuel Macron dans l’interview, cité par l’agence France-Presse.

Le chef de l’Etat français a également déclaré avoir « envoyé le message » aux dirigeants ouest-africains « qu’il ne serait pas du côté d’un pays où il n’y a plus de légitimité démocratique ou de transition ».

« Je dis cela avec clarté, si nous sommes complices de l’échec de l’Afrique, nous serons responsables, mais nous paierons aussi cher, notamment en termes de migration », a ajouté Macron.

L’entretien hebdomadaire intervient après que le président français ait effectué un voyage au Rwanda et en Afrique du Sud.

La France compte environ 5 100 militaires à Barkhane, où elle soutient le Mali, un pays confronté à une grave crise sécuritaire depuis 2012 en raison du conflit avec les «jihadistes» radicaux.

Mali: Macron menace le retrait des troupes françaises du pays 2

Vendredi (28.05), la Cour constitutionnelle du Mali a déclaré le colonel Assimi Goita président de la transition, soi-disant pour ouvrir la voie au retour des civils au pouvoir au Mali.

Le colonel Goita, homme fort au Mali depuis le coup d’État qu’il a mené le 18 août 2020 avec un groupe d’officiers, a arrêté lundi le président Bah Ndaw et le Premier ministre Moctar Ouane (24.05).

Le lendemain, Assimi Goita a annoncé qu’il les avait démis de leurs fonctions. La démission était alors présentée comme une démission, sans savoir si elle était volontaire.

Pendant ce temps, Bah Ndaw et Moctal Ouane ont été libérés jeudi soir (27.05).

La libération était l’une des revendications de la communauté internationale.

Sommet de la CEDEAO

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) tient un sommet extraordinaire pour débattre de la situation politique au Mali ce dimanche (30.05).

Les dirigeants ouest-africains se réunissent au Ghana pour discuter de la réponse à la nouvelle prise de pouvoir par l’armée au Mali.

Le sommet extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement des 15 pays membres de la CEDEAO devrait être dédié exclusivement au Mali, et l’imposition de sanctions peut être envisagée.

Sur les réseaux sociaux, le bureau de la présidence malienne a confirmé la participation du colonel Assimi Goita au sommet.

Source: Deutsche Welle

Traducteur
Comments
All comments.
Comments

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer