Le Danemark retire ses troupes du Mali
Le Danemark retire ses troupes du Mali 1

La décision intervient dans un contexte de tensions croissantes après que plusieurs pays ont imposé des sanctions au Mali pour ne pas avoir organisé d’élections à la suite de deux coups d’État militaires.

Le Danemark a déclaré qu’il commencerait à retirer ses troupes du Mali après que le gouvernement de transition de ce pays d’Afrique de l’Ouest a insisté cette semaine sur un retrait immédiat, un coup dur pour la France alors que ses opérations de sécurité dans la région du Sahel commencent à se dégrader.

La décision intervient au milieu des tensions entre le Mali et ses partenaires internationaux, y compris les organismes régionaux et l’Union européenne, qui ont sanctionné le Mali après que le gouvernement militaire n’a pas réussi à organiser des élections à la suite de deux coups d’État.

Les tensions se sont également intensifiées à la suite d’allégations selon lesquelles les autorités de transition auraient déployé des sous-traitants militaires privés du groupe Wagner soutenu par la Russie au Mali, ce que certains pays de l’UE ont qualifié d’incompatible avec leur mission.

“Nous pouvons voir que le gouvernement de transition malien, ou les généraux putschistes, ont envoyé hier soir une déclaration publique dans laquelle ils ont de nouveau répété que le Danemark n’est pas le bienvenu au Mali, et nous ne le tolérerons bien sûr pas”, a déclaré le ministre danois des Affaires étrangères Jeppe. Kofod a déclaré aux journalistes jeudi. “Nous avons donc décidé de retirer nos soldats chez eux.”

Nous “poursuivrons la bonne et étroite coopération avec nos alliés européens” et maintiendrons la pression sur les dirigeants maliens “pour rétablir la démocratie, créer la sécurité pour la population au Mali, combattre les groupes terroristes”, a ajouté Kofod.

Le Danemark avait envoyé 105 militaires au Mali le 18 janvier pour rejoindre une mission de forces spéciales européennes, connue sous le nom de Takuba, qui a été mise en place pour aider le Mali à lutter contre les groupes armés. Il a déclaré que ses troupes s’étaient déployées après une “invitation claire” du Mali.

Mais le gouvernement malien a déclaré cette semaine qu’il était surpris par la présence danoise car une décision n’avait pas encore été prise sur une demande du Danemark en juin de déployer des troupes.

Le retrait du Danemark, qui intervient après que la Suède a affirmé plus tôt ce mois-ci qu’elle quitterait le Mali en mars, est un casse-tête pour la France, qui avait beaucoup misé sur «l’européanisation» de son intervention au Sahel, où Paris a des milliers de soldats en opération.

Les relations se sont détériorées entre l’armée au pouvoir et la France, l’ancienne puissance coloniale, depuis que l’ armée a pris le pouvoir .

Les tensions ont encore augmenté à partir de décembre, lorsque les États d’Afrique de l’Ouest ont imposé des sanctions, notamment un embargo commercial et des fermetures de frontières, à la nation sahélienne déchirée par le conflit.

Les mesures de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) étaient une réponse à une proposition du gouvernement de transition de rester au pouvoir jusqu’à cinq ans avant d’organiser des élections – malgré un engagement antérieur à tenir le vote en février.

Et mercredi, le gouvernement militaire s’en est pris à Paris, lui disant de cesser d’intervenir et de garder pour lui ses “réflexes coloniaux”.

La France et 14 autres pays européens avaient exhorté mercredi le gouvernement malien à autoriser les forces spéciales danoises à rester au Mali, rejetant les affirmations des chefs militaires selon lesquelles leur présence était sans fondement légal. Le Premier ministre par intérim Choguel Kokalla Maiga a répondu que les Danois devaient se retirer immédiatement.

“Nous les invitons [les Danois] à faire attention à certains partenaires qui ont malheureusement du mal à se débarrasser de leurs réflexes coloniaux”, a déclaré Maiga.

La décision du gouvernement de transition de demander au Danemark de partir est susceptible d’avoir un impact sur les futurs déploiements, la Norvège, la Hongrie, le Portugal, la Roumanie et la Lituanie devant envoyer des troupes cette année.

La Norvège, le Portugal et la Hongrie attendent toujours l’approbation pour déployer leurs forces spéciales, a déclaré le gouvernement malien.

Source: Avec les Agences

Traducteur
Comments
All comments.
Comments