EXPLAINER : COP27 : qu’y a-t-il à l’agenda des négociations climatiques de l’ONU ?
EXPLAINER : COP27 : qu'y a-t-il à l'agenda des négociations climatiques de l'ONU ? 1

La conférence des Nations Unies sur le climat qui se déroule en Égypte jusqu’au 18 novembre a beaucoup à discuter, du financement de la transition vers une énergie propre à la protection des forêts du monde et des villes à l’épreuve du futur.

Voici quelques-uns des sujets les plus suivis à l’ordre du jour dans la station balnéaire ensoleillée de Charm el-Cheikh.

Combustibles fossiles et recul

Lors des pourparlers de la COP26 de l’année dernière, les pays ont convenu pour la première fois de “réduire progressivement” la production de charbon et de réduire les autres subventions aux combustibles fossiles. Des accords parallèles volontaires ont également vanté des plans visant à freiner le financement des combustibles fossiles et à limiter les émissions de méthane qui réchauffent la planète, principalement des industries des combustibles fossiles et de l’agriculture.

Mais les perturbations énergétiques causées par la guerre en Europe ont conduit plusieurs membres de l’Union européenne à rouvrir ou à prolonger la durée de vie des centrales au charbon et à verrouiller les expéditions de gaz naturel liquéfié (GNL). Pendant ce temps, la Chine continue d’approuver de nouvelles mines de charbon, et le Vietnam et l’Indonésie cherchent à stimuler la production de charbon.

Le recul des principales économies sur leurs promesses de se détourner des combustibles fossiles a conduit certains pays, en particulier en Afrique, à demander une reconnaissance formelle qu’ils devraient être autorisés à développer leurs réserves de combustibles fossiles.

Les Émirats arabes unis, membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et hôte des pourparlers de la COP28 l’année prochaine, ont déclaré qu’ils seraient “un fournisseur responsable” de pétrole et de gaz aussi longtemps que le monde en aura besoin.

Payer pour les dégâts

En tant qu’hôte de la COP27, l’Égypte a mis l’accent sur la question des “pertes et dommages”, ou de l’indemnisation des pertes dues aux catastrophes liées au climat.

Après une percée le week-end dernier au début du sommet de cette année, la question fait pour la première fois partie de l’ordre du jour officiel des pourparlers de l’ONU.

Les pays riches ont résisté à la création d’un mécanisme de financement qui pourrait suggérer une responsabilité pour les dommages climatiques historiques, mais les pays en développement sont unis pour exiger la création d’un fonds pour les pertes et dommages.

Les États-Unis et l’Union européenne se sont montrés plus ouverts à une discussion sérieuse, mais restent prudents quant à la création d’un fonds, d’autant plus qu’ils font face à une pression intérieure pour faire face à la faiblesse économique et à une crise du coût de la vie causée par les prix élevés de l’énergie.

S’adapter à un monde plus chaud

Les pays à revenu élevé n’ont pas encore tenu leur promesse de fournir 100 milliards de dollars par an en financement climatique. Seuls 80 milliards de dollars par an ont été livrés en 2019. Néanmoins, les pourparlers porteront sur l’augmentation de cet objectif annuel de 100 milliards de dollars à partir de 2025.

À ce jour, environ un quart de ce financement est allé à des projets d’adaptation des communautés à un monde plus chaud.

Les pays à faible revenu et vulnérables au climat veulent s’assurer que la part dépensée pour l’adaptation soit doublée d’ici 2025 – un engagement pris lors des pourparlers sur le climat de l’ONU l’année dernière à Glasgow, en Écosse.

C’est encore loin de ce que les experts disent nécessaire : un rapport du bureau des Nations Unies pour le commerce et le développement estime que les coûts d’adaptation dans les pays en développement totaliseront 300 milliards de dollars en 2030.

« Réforme de fond » des banques de développement ?

Des voix de haut niveau ont appelé à une refonte des institutions financières internationales. Lors des réunions annuelles de la Banque mondiale le mois dernier, les États-Unis et l’Allemagne ont appelé à “une réforme fondamentale” de la banque pour répondre aux défis, notamment le changement climatique, à l’échelle mondiale, plutôt que pays par pays.

Certains réformateurs demandent davantage de subventions et de prêts concessionnels qui empêcheraient les pays à revenu faible ou intermédiaire de devoir payer des taux d’intérêt élevés.

L’envoyé spécial américain John Kerry a déclaré dans un discours le mois dernier que des réformes seraient cruciales pour « faire face à la crise actuelle » et qu’il y avait des propositions qui pourraient « débloquer plusieurs centaines de milliards de dollars de capacité de prêt supplémentaire de la MDB [banque multinationale de développement] sans nécessitant de nouveaux capitaux propres » et sans risquer des dégradations de la cote de crédit.

Garder 1,5 en vie

Lors de la COP26, les pays ont promis de « revoir et renforcer » leurs plans climatiques nationaux, appelés Contributions déterminées au niveau national, ou NDC, d’ici la fin de cette année pour s’assurer qu’ils sont alignés sur l’objectif de l’Accord de Paris d’empêcher le réchauffement au-delà de 1,5 °C au-dessus températures industrielles.

Mais le «rapport de synthèse» de l’ONU du mois dernier sur les CDN soumis cette année montre que seuls 24 pays sur 194 ont mis à jour leurs plans.

Il pourrait y avoir un nouvel élan en Égypte. Le nouveau gouvernement australien a renforcé son engagement de réduire les émissions de 43 % d’ici 2030, une amélioration significative par rapport à son objectif de 2015 de 26 à 28 % en dessous des niveaux de 2005 d’ici 2030. Le Chili, le Mexique, la Turquie et le Vietnam devraient également annoncer de nouveaux plans.

Pendant ce temps, l’élection par le Brésil de Luis Inacio “Lula” da Silva à la présidence dimanche renforce les efforts mondiaux pour mettre fin à la déforestation.

Traducteur
Comments
All comments.
Comments