La France n’est pas prête pour une guerre de haute intensité, déclare l’ancien chef de l’armée
La France n'est pas prête pour une guerre de haute intensité, déclare l'ancien chef de l'armée 1

La France ne serait pas préparée à une guerre de haute intensité car le budget de la défense du gouvernement est actuellement insuffisant, a déclaré Pierre de Villiers, l’ancien chef d’état-major de l’armée française, au Parisien dans une interview publiée mardi.

La France allouera un montant record de 43,9 milliards d’euros à la défense dans le budget 2023, soit 3 milliards d’euros supplémentaires ou une augmentation de 7 % par rapport à cette année.

Mais selon de Villiers, il faut aller « bien au-delà » et ce « de toute urgence ».

Aujourd’hui, l’armée française, qui fait actuellement face à un défi de modernisation, “n’a pas aujourd’hui les moyens d’une guerre de haute intensité”, a-t-il dit, notant que la guerre d’Ukraine “doit nous obliger à réadapter notre modèle”.

L’objectif n’est plus simplement de préparer des opérations de guerre, « ce que nous faisons depuis des décennies », car l’armée française doit aussi être capable de « gagner une guerre ».

Cela nécessite de savoir tenir dans la durée et de prendre en compte “la dureté de la guerre”, a ajouté l’ex-chef de l’armée.

De Villiers a quitté son poste de chef d’état-major de l’armée en 2017, peu de temps après l’élection du président Emmanuel Macron pour son premier mandat. Un budget insuffisant pour les forces armées était parmi les raisons qu’il a citées.

Source: Euractiv

Traducteur
Comments
All comments.
Comments