Macron se joint au chœur croissant appelant à l’interdiction de l’exploitation minière en haute mer
Macron se joint au chœur croissant appelant à l'interdiction de l'exploitation minière en haute mer 1
  • Le 8 novembre, le président français Emmanuel Macron est devenu le premier chef d’État à demander une interdiction complète de l’exploitation minière en haute mer, une activité qui permettrait d’extraire des quantités industrielles de minéraux des fonds marins dans les eaux internationales dans un proche avenir.
  • Les délégués de l’Autorité internationale des fonds marins (ISA) se réunissent actuellement à Kingston, en Jamaïque, pour discuter de la réglementation de l’exploitation minière en haute mer, et de nombreux États membres utilisent ce forum pour exprimer leurs préoccupations concernant l’exploitation minière.
  • En juin 2021, la nation insulaire du Pacifique de Nauru, qui parraine Nauru Ocean Resources Inc. (NORI), une filiale de la société canadienne The Metals Company (TMC), a déclenché une «règle de deux ans» qui pourrait forcer l’ISA à autoriser l’exploitation minière aller de l’avant dans deux ans avec les règlements en place.

Le 8 novembre, le président français Emmanuel Macron a annoncé lors du sommet sur le climat COP27 à Charm el-Cheikh, en Égypte, que la France appelait à une interdiction complète de l’exploitation minière en haute mer. C’est la première fois qu’un chef d’État appelle directement à l’interdiction pure et simple de cette activité qui consisterait à extraire des quantités industrielles de minerais des fonds marins dans les eaux internationales.

La déclaration de Macron intervient à un moment de surveillance accrue de l’exploitation minière en haute mer . Les délégués de l’Autorité internationale des fonds marins (ISA), l’organisation multinationale chargée de superviser l’exploitation minière en haute mer, se réunissent actuellement à Kingston, en Jamaïque, pour discuter de la réglementation minière, et de nombreux États membres utilisent ce forum pour exprimer leurs opinions et leurs préoccupations.

Le Costa Rica, le Chili, l’Allemagne, la France, l’Espagne et le Panama ont tous appelé à une “pause de précaution” sur l’exploitation minière en haute mer en raison d’un manque de données scientifiques sur ses impacts potentiels et de réglementations insuffisantes pour protéger l’environnement. Le mois dernier, la Nouvelle-Zélande a également annoncé qu’elle soutiendrait un “moratoire conditionnel” jusqu’à ce que l’ISA ait mis en place des règles environnementales soutenues par une “science solide”. Lors de la Conférence des Nations Unies sur les océans plus tôt cette année à Lisbonne, les Palaos ont également lancé une alliance de nations appelant à un moratoire contre l’exploitation minière en haute mer, à laquelle les Fidji, les Samoa et la Micronésie ont ensuite adhéré.

Des délégués d’autres pays, dont le Canada, le Brésil, le Portugal, les Pays-Bas, Singapour et la Suisse, ont fait diverses déclarations lors des réunions actuelles de l’ISA à l’effet que l’exploitation minière en haute mer ne devrait pas aller de l’avant sans une recherche et une réglementation suffisantes. D’autre part, des pays comme la Norvège, l’Afrique du Sud, l’Australie, le Japon et l’Inde ont exprimé le souhait de continuer à travailler sur les règles afin que l’exploitation minière puisse commencer.

Hervé Berville, le ministre français des Affaires maritimes, a déclaré que la déclaration de Macron représente la position officielle de la France et que Macron espère que d’autres pays suivront son exemple.

“[Macron] a vraiment eu la conviction qu’il fallait simplement refuser toute licence d’exploitation et… qu’il fallait aller plus loin qu’un simple moratoire car un moratoire peut servir d’excuse pour avancer sur le cadre légal et se lancer dans l’exploitation minière en haute mer en 2023 », a déclaré Berville à Mongabay.

“Nous ne soutiendrons aucun type d’exploitation et aucun travail pour tenter de [faire avancer] l’exploitation avec un cadre légal”, a-t-il ajouté.

Les membres de la société civile ont salué l’annonce de Macron, qui s’appuie sur sa déclaration précédente à la Conférence des Nations Unies sur les océans selon laquelle il soutient la création d’un cadre juridique pour arrêter l’exploitation minière en haute mer dans les zones marines situées au-delà des juridictions nationales.

“Nous saluons l’appel de Macron à interdire l’exploitation minière en haute mer dans les eaux internationales”, a déclaré Joey Tau du Pacific Network on Globalisation, qui assiste actuellement aux réunions de l’ISA à Kingston, à Mongabay. Il a déclaré que la déclaration est “très opportune étant donné que l’Autorité internationale des fonds marins travaille actuellement sur un projet de réglementation pour l’exploitation”.

François Chartier, militant océan chez Greenpeace France, a qualifié l’annonce de Macron de “bonne nouvelle”, mais seulement si les actions suivaient ses paroles.

“La France se joint aux nations du Pacifique, aux scientifiques, aux organisations de la société civile et aux autres gouvernements qui recherchent activement des moyens de s’assurer que l’exploitation minière en haute mer n’est pas autorisée à démarrer”, a déclaré Chartier dans un communiqué. “La France pourrait être un véritable leader dans la protection des océans en travaillant activement avec d’autres nations pour arrêter l’exploitation minière en haute mer.”

Les délégués de l’ISA subissent des pressions pour finaliser la réglementation minière depuis que la nation insulaire du Pacifique de Nauru, qui parraine Nauru Ocean Resources Inc. (NORI), une filiale de la société canadienne The Metals Company (TMC), a déclenché une “règle de deux ans”. trouvé dans la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) en juin 2021. Cette règle obligerait théoriquement l’ISA à autoriser l’exploitation minière dans deux ans avec toutes les réglementations en place d’ici là. En décembre 2021, l’ISA a prévu une série de réunions pour respecter ce délai, mais de nombreux délégués des États sont de plus en plus mécontents de ce délai.

Alors que l’ISA n’a pas encore délivré de licences d’exploitation, NORI a récemment terminé un essai minier dans la zone Clarion Clipperton (CCZ) dans l’océan Pacifique. Selon un communiqué de presse , TMC a déclaré que NORI a utilisé un véhicule collecteur pilote pour collecter 14 tonnes métriques de nodules polymétalliques sur 150 mètres (près de 500 pieds) du fond marin au cours d’un essai de 60 minutes.

Les nodules polymétalliques sont des roches en forme de pomme de terre contenant des minéraux comme le cobalt, le nickel, le cuivre et le manganèse, qui, selon les promoteurs miniers, sont une source beaucoup plus propre que les mines terrestres des métaux nécessaires aux énergies renouvelables et aux technologies électriques. Mais les critiques de l’exploitation minière en haute mer, qui comprennent des scientifiques, des défenseurs de l’environnement et d’autres experts, affirment que cette activité causerait des dommages irréparables aux écosystèmes marins et que les minéraux des fonds marins ne sont pas nécessaires aux technologies vertes.

Certaines nations insulaires du Pacifique, dont Nauru, Tonga, Kiribati et les Îles Cook, parrainent des entrepreneurs miniers et soutiennent généralement l’exploitation minière en haute mer pour les avantages financiers qu’elle pourrait potentiellement apporter à leurs économies. Pourtant, d’autres nations insulaires du Pacifique affirment que l’exploitation minière en eaux profondes n’apportera pas d’avantages économiques et pourrait mettre en danger les ressources marines dont elles dépendent. Par exemple, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, une opération minière ratée a laissé le gouvernement avec des millions de dollars de dettes et un écosystème altéré dépourvu de requins.

“Je pense que pour les habitants du Pacifique, les impacts sur notre océan sont un problème de longue date, l’un étant l’héritage des essais nucléaires qui continue d’avoir un impact sur notre peuple”, a déclaré Tau. “Nous dépendons fortement de l’océan pour ses pêcheries [et] en termes de nos pratiques culturelles avec l’océan, mais celles-ci sont [en danger] si l’exploitation minière en haute mer se poursuit.”

Les opposants au secteur minier ont déclaré qu’ils étaient surpris que la Commission juridique et technique (LTC) de l’ISA ait approuvé l’essai pilote de NORI sans consulter au préalable les membres du conseil de l’ISA, et ont fait part de leurs craintes que l’essai ouvre la voie à la poursuite de l’exploitation minière, malgré les inquiétudes concernant la sécurité et nécessité de le faire. Des enquêtes récentes du New York Times et du Los Angeles Times ont mis en doute la capacité de l’ISA à réglementer l’exploitation minière en haute mer, en suggérant que l’organisme intergouvernemental a des conflits d’intérêts et que ses décisions sont biaisées en faveur des sociétés minières.

L’ISA n’a pas indiqué que les travaux sur le code minier cesseront, mais les membres de la société civile disent qu’ils espèrent que le changement est imminent, surtout après l’annonce de Macron.

“Il y a un élan et un recul très clairs qui continuent de croître presque chaque jour où nous sommes ici”, a déclaré à Mongabay Arlo Hemphill, un responsable de la campagne des océans chez Greenpeace qui assiste également aux réunions de l’ISA en tant qu’observateur. “De plus en plus de pays [sont] simplement en train de mettre le pied à terre.”

Image de la bannière : le président français Emmanuel Macron lors du sommet sur le climat COP27 à Charm el-Cheikh, en Égypte. Image reproduite avec l’aimable autorisation de Sky News.

Source: Mongabay

Traducteur
Comments
All comments.
Comments