Attaque dans le village du Kosovo : Un Policier et Trois Assaillants Tués
Attaque dans le village du Kosovo : Un Policier et Trois Assaillants Tués 1

Un policier kosovar et trois assaillants ont été tués après qu’environ 30 assaillants ont attaqué un village avant de se retrancher dans un monastère, selon la police.

Le Premier ministre Albin Kurti a exhorté les assaillants du village de Banjska, près de la frontière serbe, à se rendre.

Il a accusé les “criminels soutenus par la Serbie”. La Serbie n’a pas commenté.

La force de maintien de la paix dirigée par l’OTAN au Kosovo a déclaré avoir des troupes dans la région et être prête à intervenir si nécessaire.

La fusillade de dimanche a commencé vers 3 heures du matin (heure locale) après que la police ait indiqué être arrivée à Banjska où un blocus avait été signalé.

Les policiers ont été attaqués depuis plusieurs positions différentes avec “un arsenal d’armes à feu, y compris des grenades et des missiles tirés depuis l’épaule”, ont-ils déclaré dans un communiqué.

“Nous pouvons voir des personnes armées en uniforme… elles nous tirent dessus et nous ripostons”, a déclaré le responsable de la police du Kosovo, Veton Elshan, à l’AFP.

Kurti a déclaré qu’il s’agissait de “professionnels, avec un passé militaire et policier”.

L’Église orthodoxe serbe a déclaré que des hommes armés avaient pris d’assaut un monastère du village, situé à Leposavic, où séjournaient des pèlerins de la ville serbe de Novi Sad.

Les prêtres et les pèlerins se sont enfermés dans le temple du monastère pour se mettre en sécurité, a déclaré le diocèse de Raska-Prizren.

“Des hommes armés masqués se déplacent dans la cour et on entend occasionnellement des coups de feu”, a-t-il déclaré dans un communiqué condamnant la violence.

Les tensions sont vives au Kosovo, après des affrontements violents suite à des élections locales contestées en mai, et les pourparlers politiques médiatisés par l’UE visant à stabiliser la situation ont été bloqués.

Le Kosovo a proclamé son indépendance en 2008, mais la Serbie – ainsi que les principaux alliés de Belgrade, la Chine et la Russie – ne la reconnaissent pas.

De nombreux Serbes considèrent le Kosovo comme le berceau de leur nation. Mais sur les 1,8 million de personnes vivant au Kosovo, 92 % sont des Albanais ethniques et seulement 6 % sont des Serbes ethniques.

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a condamné ce qu’il a qualifié d'”attaque hideuse” et a déclaré que les responsables devaient être traduits en justice.

Mais la ministre des Affaires étrangères du Kosovo, Donika Gervalla-Schwarz, a critiqué la déclaration de Borrell, estimant qu’elle n’exprimait pas de soutien à la police et n’utilisait pas le terme “terroristes” pour décrire les assaillants.

Cela intervient après l’échec des derniers pourparlers médiatisés par l’UE la semaine dernière, Borrell ayant accusé Kurti de ne pas avoir mis en place l’association des municipalités à majorité serbe qui leur aurait accordé plus d’autonomie.

L’agitation a gagné le nord du Kosovo en mai après l’installation de maires albanais du Kosovo dans des zones à majorité serbe, les résidents serbes ayant boycotté les élections locales.

L’OTAN a déployé 700 soldats supplémentaires au Kosovo pour faire face aux troubles dans la ville de Zvecan, dans le nord, après les élections.

Plus de 30 soldats de la paix de l’OTAN et plus de 50 manifestants serbes ont été blessés lors des affrontements qui ont suivi.

Source: avec des agences

Comments
All comments.
Comments